Welcome, Guest
Username: Password: Remember me
  • Page:
  • 1
  • 2

TOPIC: Mandat #49 - Recueil et analyse algorithmique et clinique lors des AVQ (démence) , Hélène Pigot

Mandat #49 - Recueil et analyse algorithmique et clinique lors des AVQ (démence) , Hélène Pigot 1 year 10 months ago #480

Administrateur wrote:
Suite à la soumission en février 2016 :
  1. Il semble que le mandat est en cours depuis septembre 2014 – pourriez-vous présenter l’état d’avancement des travaux?

Les travaux ont bien avancé. Les expérimentations ont été réalisées à Montréal et à Sherbrooke.
Ainsi pour l’objectif 1, nous avons réalisé les livrables de L1 à L5 qui permet de recueillir des données fiables.
Les expérimentations ont été réalisées (Livrable 6)

Un logiciel Colab a été réalisé pour centraliser toutes les données relatives à un sujet.
Les livrables L7 et L10 sont totalement ou partiellement réalisés.
Les vidéos peuvent être regardées en choisissant la vidéo parmi les 5 vidéos déployées lors de l'expérimentation (L7 partiel).
Prochainement plusieurs vidéos pourront être regardées en même temps (L7 total).
Le livrable L8 d’une seule vidéo compilant les actions du sujet a été éliminée car parfois plusieurs vidéos sont nécessaires en parallèle pour bien visualiser ce que le sujet fait (ex.: 2 vidéos dans la cuisine).
Le livrable L9 est totalement réalisé d’un point de vue technique. Les annotations prises pendant l’expérimentation sont intégrées à la vidéo. Il reste maintenant aux cliniciens d’annoter les vidéos.
Le livrable L10 (compilation des annotations) sera réalisé après l’annotation des vidéos

Pour l’objectif 2, nous sommes en train de réaliser le premier livrable L1 pour lisser les données.
Les autres livrables seront réalisés d’ici la fin de l’été.
Administrateur wrote:
    2-Quel est l’impact des travaux réalisés jusqu’à maintenant?

L’impact est important pour l’analyse des données. Le logiciel Colab nous permet de les centraliser, d’avoir un outil facilitant le visionnement et l’annotation.
Il nous permet un partage facile des données entre les 2 sites d’expérimentation entre Montréal et Sherbrooke.
Les ergothérapeutes de Montréal sont en train de se familiariser à l’outil Colab.

Administrateur wrote:
    3-Est-ce que les données prises sont valides et potentiellement représentatives de ce que vous souhaitez détecter?

Les données révèlent des différences cliniques significatives entre les 3 groupes, sur la majorité des tests collectés. Mais celles-ci doivent être analysées plus finement pour les établir en ce qui concerne les comportements observables puisqu’il reste encore à analyser les vidéos de Sherbrooke via CoLab.
Administrateur wrote:
    4- Qu’arrive-t-il si INTER n’accepte pas ou n’arrive pas à financer ce qui a été fait par le passé? Est-ce que le financement d’INTER était nécessaire avant le jalon 4 (qui porte plus sur des objectifs de recherche technologiques, tel que mentionné à la page 2 comme étant ce qui est demandé à INTER)?

Les étudiants ont manqué de financement pour réaliser ses recherches. Cela a eu des répercussions dans la lenteur du projet car il leur a fallu prendre des charges d’exercice qui ont eu un grand impact sur ce projet. Il en sera de même pour la session d’été et le financement d’INTER permettrait d’éviter ce ralentissement.
Ce financement serait d’autant plus important à avoir maintenant que Nathalie Bier a engagé un post doc à Montréal qui aidera à la compréhension et classification des données et pourrait travailler tout cet été avec les étudiants du DOMUS.
L’argent pour les assistants de recherche clinique a été pris à partir de subvention de démarrage obtenue par la professeure N. Bier. Si ce montant est restitué il sera directement réinvesti dans l’analyse des données.
Les montants pour payer l‘assistant technique ont été défrayés à partir d’autres comptes. Ces montants permettront de retourner l’argent vers les montants initiaux prévus. L'assistant technique a déjà travaillé sur toute l'installation des expérimentations et il continue à travailler sur le projet: maintenance de l'infrastructure de l'expérimentation et du logiciel de partage des données Colab. En particulier l'assistant technique continue d'entretenir les serveurs. Si l'assistant ne continue pas ce travail cela nuira à la capacité à colliger de nouvelles données si nécessaires.
Administrateur wrote:
    5- Combien de participants ont participé à l’étude (30 personnes par groupe, 3 groupes, un groupe de 30 à Sherbrooke et un de 60 à Montréal ?

À Montréal, 16 sujets sains ont été recrutés, 12 MCI et 4 avec démence.
À Sherbrooke, 10 sujets sains, 10 avec MCI et 5 avec démence ont été recrutés.
TOTAL : 26 sujets sains, 22 sujets avec MCI et 9 avec démence – ce qui est un excellent échantillon considérant la nature du projet.
Administrateur wrote:
    6- Quelle est la nature des contributions des chercheurs à Bordeaux et à Liège? Et des autres collaborateurs? Contribuent-ils ou bénéficient-ils vraiment des travaux?

Liège: aide au montage clinique des expérimentations et sera présent pour l’analyse clinique des données
Bordeaux: Aide au montage technique des expérimentations pour utiliser des capteurs sans fil à Montréal et compatibilité avec les capteurs sans fil de Sherbrooke.

Les collaborateurs sont ou seront responsables de l’analyse des données concernant les outils qu’ils avaient ajoutés au projet (pour réaliser des sous-projets). Par exemple, Simona Brambati et Nathalie Bier dirigent actuellement une étudiante au doctorat qui analysera les données issues du langage spontanée des participants. Une autre étude, réalisée actuellement par une étudiante à la maîtrise en ergothérapie, inclue Mme Julie Carrier (sommeil et performances cliniques). Pour les autres collaborateurs, leur implication sera plus importante lorsque nous serons rendus à l’analyse de leurs données. Pour l’instant, nous nous concentrons sur les données principales du projet.
Administrateur wrote:
    7- Sachant que dans le cadre de la maladie d'Alzheimer les symptômes peuvent prendre plusieurs années à se manifester. Quelle est la validité de suivre des patients avec des capteurs? Quels sont les critères d'inclusion qui seront utilisés? Comment se fera le recrutement afin de valider les objectifs du projet?

L’étude permettra de jeter des jalons préliminaires pour répondre à ces questions. Nous voulons justement savoir quels sont les critères d’inclusion en trouvant des comportements spécifiques qui permettent de différencier la population en 3 groupes.

Il est important de noter que des recherches cliniques ont montré que les symptômes peuvent être présents dans la réalisation des activités de la vie quotidienne 10 ans avant l’émission du diagnostic de la maladie d’Alzheimer. Cependant, encore très peu d’études s’y sont attardées malgré le fait que ces comportements pourraient supporter non seulement le diagnostic mais également la mise en place d’interventions précoces.

Enfin, des études portant sur le dépistage précoce des troubles cognitifs ont déjà été conduites en tenant compte de marqueurs différents des nôtres (vitesse de marche, entrées et sorties du logement, comportements généraux au sein d’un appartement) et montrent que les détecteurs peuvent être sensibles à l’apparition de changements dans le comportement d’une personne qui entre en démence. Ces études montrent aussi que l’on peut discriminer entre des personnes âgées saines et des personnes atteintes de démences. Nous croyons donc que d’utiliser des comportements plus fins pourra raffiner la sensibilité des capteurs et améliorer la détection précoce.
Last Edit: 1 year 10 months ago by Administrateur.
The administrator has disabled public write access.
  • Page:
  • 1
  • 2

Contact

INTER
Pavillon 3IT, Parc Innovation
Université de Sherbrooke
3000 University boulevard
Sherbrooke (Quebec) J1K 0A5
Canada

Or Contact us here